La beauté crue | Synopsis


Il est fascinant d’observer combien le simple fait de l’attention portée au début du 20ème siècle sur les écrits et ouvrages réalisés par des personnes atteintes dans leur santé psychique ce soit révélé si déterminant pour l’histoire de l’art.
 
L’intérêt d’artistes comme Jean Tinguely, Paul Klee ou Jean Dubuffet pour les œuvres d’artistes d’Art Brut met en lumière à quel point la frontière est ténue quand on aborde les espaces de l’imaginaire nourris par les obsessions, les souffrances, le mal-être, ces maux sournois qui trouvent leur exutoire au travers d’actes d’expression de toutes sortes.
 
En partant de l’hôpital de la Waldau à Berne qui recèle une vaste collection d’œuvres d’artistes schizophrènes de plusieurs milliers d’œuvres plastiques, Michel Beretti et Hervé Nisic explorent les relations étonnantes, nourries de fascination, parfois inconscientes de créateurs pour les artistes d’art brut, et ce jusqu’à nos jours.
 
Le film réunit entre autres Michel Thévoz, fondateur de la Collection de l’Art Brut de Lausanne, Armin Heusser, artiste plasticien, Daniel Baumann, conservateur de la Fondation Wölfli et les artistes Bernhard Luginbühl, Daniel Spoerri et Bernhard Gahl .