A l'ombre de la montagne | Synopsis

 

Dans les offices de l’asile psychiatrique de la Waldau à Berne, une collection de dessins, peintures et objets divers a été conservée à l’initiative d’un simple agent de maintenance Heinz Feldmann qui l’a sauvée de la destruction et de l’oubli. Cette collection est celle du docteur Morgenthaler, constituée au début du XXème siècle. Elle est un des maillons de la chaîne qui lie l’art moderne et contemporain à certaines de ses sources.
 
Lieu mythique des premiers sanatoriums, Davos n’a pas échappé aux soubresauts de l’Histoire.
 
De la belle époque paisible du début du siècle à la montée du nazisme puis au difficile accommodement avec les grandes puissances de la Deuxième Guerre mondiale, nous découvrons à quel point cet univers, préservé en apparence, se révèle être un modèle réduit d’une Suisse exposée aux pressions extérieures.
 
Dans cette station de cure immortalisée par Thomas Mann dans la Montagne magique, se sont croisés, dans les années 1930 et 1940, socialistes, chefs nazis, militaires américains, puis, à l’issue de la guerre, rescapés des camps de concentration et criminels nazis.
Le film explore cet envers du décor à travers l’histoire personnelle de la réalisatrice.
 
Elle découvre à la lecture des lettres de son père les raisons de ses insupportables absences.